J'ai mal dormi. On entendait trop la circulation, pi en dormant la télécommande est tombée, j'ai sursauté, puis plus tard mon portable, il était coincé, j'arrivais pas à le sortir. Mais bon quand je pense à ma co-leader, je ne me plains pas. Les élèves juste à côté ont fait du bruit.

Petit dej' cool, pack repas bien. Le métro est bondé, je reste derrière le groupe continuellement. On commence le tour. J'appelle le bureau français pour parler du shopping notamment. Ils ne répondaient pas, ah ces fonctionnaires ! Les élèves sont lents, ils m'énervent ! 10 minutes pour prendre 3 photos dans une cabine ! J'étais trop heureuse d'aller à Londres, au final je ne profite même pas ! A un moment S. et M. vont se faufiler dans des portes tournantes, je gueule en leur disant que j'espère qu'ils se feront kidnappés, moi je ne les attends plus ! Du coup, ils ont couru vers les autres et ne se sont plus écartés !

moutons

Enfin j'arrive à joindre le bureau. Je parle déjà de la feuille de présence à remplir car elle n'est pas claire, puis je demande qui sera avec moi pour prendre l'Eurostar mais ils ne retrouvent pas son nom, et enfin le shopping. Là elle me dit qu'ils peuvent faire du shopping, mais que le périmètre doit être petit et 1h30 maxi. C'est déjà ça !! Je m'empresse de le dire à A., qui refuse car le bureau anglais n'est pas d'accord. Elle les appelle et me passe le téléphone, ils ne veulent pas, non c'est non, même pas un seul magasin, je finis par vraiment m'énerver et leur dit que « le bureau français sait quand même mieux qu'eux ! » Elle est pas contente et me dit que le manager va me rappeler, et me raccroche au nez. Énervée, les larmes partent. Je ne peux pas me cacher, je dois surveiller les jeunes. Ceux-ci me consolent en disant que je ne devrais pas me risquer comme ça. Je veux juste de la justice quoi! Sinon j'aurais abandonné.

betise-humaine-incarnee-apple-l-4xoyvc

Le manager rappellera sur le même téléphone et c'est A. qui parlera avec, aucune idée de ce qu'ils se seront dit, mais à la fin elle m'a dit : « en gros, t'as gagné. 1h. » Mais elle ne veut plus me parler car on aura pas respecté le programme. Je m'en fous, je veux juste que les élèves profitent, c'est eux qui payent !

Ils étaient heureux, B. me fait un bisou. Je leur dit bien une heure, pas plus, en précisant que A. n'est pas très contente, du coup à 15h30 ils étaient tous à l'heure. J'ai juste eu le temps d'acheter un sarouel et un pull.

Depuis le début, un élève A. nous dit que son rêve est d'aller à Coven Garden, un centre commercial. Je lui disais que c'était mort et tout. Il en parle à Alice le jour même, qui décide alors de l'emmener ! Mais que lui, moi j'y vais aussi mais je reste à l'extérieur avec le reste. Je leur dit de ne pas trop s'éloigner, certains vont regarder un magicien dans la rue. A. revient, on attend la fin du tour de magie. F., V. et A. s'éloignent, je les suis, ils vont dans un magasin. Je leur dit de revenir un quart d'heure plus tard, à 17h, et dit la même chose aux autres. Certains voulaient acheter des souvenirs.

A. ne dit plus rien du tout. Elle me laisse faire. J'ai l'impression qu'elle veut me remettre la faute dessus si un problème survient. Mais je les connais mes Français, je vois bien qu'ils sont pas du genre à faire n'imp. Ils arrivent quand même à revenir en retard. Je les engueule, et on repart.

Je ne sais pas où on va. Alice me donne juste le nom des arrêts de métro au fur et à mesure. On arrive au restaurant où on avait réservé à 18h30, il est 17h30. On repart faire un tour à Picadilly Circus. Au final on aura pas fait le London Eye, ni les musées. Puis on revient au restau. A. s'installe avec des élèves, au lieu de moi, et je vais avec d'autres qui m'invitent gentiment. On mange.

Je leur propose de faire une photo du groupe à la sortie, ils me refilent tous leurs appareils pour que je la fasse. B. et S. ne veulent pas, mais le feront quand même. Puis on est rentrés à l'hôtel.

En rentrant, je pars faire l'état des lieux car on doit tout rapporter à EF. C'est une horreur ! Bon les télés qui marchent pas, certes, les lits qui grincent ou le prix est encore indiqué (7,50£), certes, le lit où il manque des lattes, les portes qui ne ferment pas, les fenêtres qui ne s'ouvrent pas, les poubelles avec des couches de bébé, mais alors le pire, c'est la moisissure sur les murs, on voyait clairement des champignons ! C'est carrément malsain ! Les élèves veulent savoir mon numéro de chambre pour la voir, mais j'hésite.

Puis F. a encore faim, je n'ai pas mangé mes sandwichs alors je les lui propose, il accepte et me suis avec V. dans ma chambre. Tant pi, s'ils sont que 2 ça va. Ils s'installent sur mon lit et on discute. Puis ils vont chercher les autres en me piquant ma clé, je prend une douche, et ils débarquent, ils devaient être une dizaine. Ils ont monté une mignonnette de vodka et veulent me faire boire, je refuse !

On frappe à la porte. C'est ma co-leader A. ! Les élèves se cachent et font silence. Elle me dit que mes élèves crient en bas alors qu'il est 23h (couvre-feu), je mets mes chaussures devant les jeunes qui me regardent en silence, et je descend. Petit à petit ils me rejoindront. Ils me disent qu'ils ont planqué la mignonnette sous mon matelas. C'est un cadeau ! J'engueule les jeunes avec deux autres leaders et le gars de la sécurité derrière, les Italiens nous regardent en coin et se moquent : « Francese di mierda » Mais je ne peux rien leur dire, c'est pas mes élèves !

Les Français finissent par rentrer dans leur chambres au bout de 20 minutes, ils n'ont pas le droit de ressortir, y'a des caméras dans les couloirs, le leader A. dit qu'ils va rester derrière les caméras en haut. Je reste 5 minutes en bas. Une chambre met de la musique, je toque pour qu'ils baissent. Tandis que la porte est ouverte et que je leur parle, je vois deux filles Italiennes aller dans une chambre de garçons ! J'ai pas le T-Shirt staff, et ne suis pas crédible quand je dis que j'ai 23 ans, je vais alors chercher leur leader A..

Celui-ci est au bar, il a l'air complètement saoul ! Je lui dis de descendre, il y va, je garde ses affaires, il revient. Il m'avoue qu'au restaurant il a déjà bu 3 pintes ! Il me propose de boire une bière avec lui, je refuse, pi on discute, et je finis par accepter. Il était 1h. Une de mes élèves, L., a tendance à lui répondre, elle ne l'aime pas, et lui me dit qu'en vrai il l'aime bien car elle a les c**illes ! Il me dit qu'il faut les laisser s'amuser, qu'ils peuvent boire, c'est la dernière soirée. Il ajoute qu'un de ses élèves a fêté ses 18 ans pendant le séjour, il voulait qu'il boive un verre mais S. n'a jamais voulu le laisser faire. Il finit par me resservir de la bière, à un moment il était vraiment mal, alors je suis repartie dans ma chambre dormir.