LONDRES ! Lever 5h15. Notre maman d'accueil est tellement gentille qu'on a décidé de lui acheter un cadeau. Je lui ai pris des produits de bain, et L. a acheté des fleurs. V. a adoré ! Elle nous avait préparé des sandwichs alors qu'elle ne devrait se charger que du p'tit dej', avec kitkats, et 2 fruits. On a fait nos adieux, et direction la station de bus a 2 minutes à pied.

Ils étaient presque tous déjà là. On partage notre bus avec un groupe d'Italiens, et l'hôtel également. Ils sont pas ravis. A. et moi sommes donc également avec leurs leaders S. et A.. Je découvre que S. l'Italienne parle Français alors que je l'ai critiqué un peu avant en faisant remarquer qu'elle a l'air dépressive, elle tire tout le temps la gueule (je la comprends).

L'élève volée me dit que sa maman d'accueil va envoyer sa sœur pour la rembourser, ce qui n'arrivera pas. La pauvre n'a absolument plus rien, je prend donc l'initiative de lui prêter 20£ que sa mère me rendra à la gare à Paris. Je pouvais pas la laisser comme ça.

Dans le bus les deux A. ne veulent pas s'asseoir avec S. C'est donc moi. On discute en Français pour ne pas qu'ils nous comprennent. Elle me dit que c'est la 3ème fois qu'elle fait ça, et la dernière. Elle l'a fait à Malte aussi, et m'a souhaité bonne chance. Quand je lui ai dit que j'allais à Malte, c'était comme si je lui annonçais mon suicide !peur

Ensuite je lui parle du fait qu'on ne peut pas faire de shopping, elle me dit que ses étudiants ont tout l'après-midi de libre pour se faire ! Elle veut en parler à son co-leader pour qu'il parle à la mienne. Ce qui nous a permis d'apprendre que cette interdiction est une loi EF qui n'interdit qu'aux Français d'avoir quartier libre car il a quelques temps, des groupes de Français ont commis des vols. Dans ce cas faut pas le mettre dans la brochure ! C'est totalement injuste, ils ont donc fait une petite case Français=voleurs. Mes Français m'ont prévenu que si on ne les laisse pas faire ils s'enfuiront, c'est ce dont j'ai le plus peur. Londres est la capitale Européenne la plus peuplée, avec 6 millions d'habitants, c'est dangereux. Et toutes les autres nationalités ont quartier libre. Deux de mes élèves m'affirment pourtant que l'année dernière elles sont parties avec EF et nt eu droit à 2h de shopping à Londres. Bizarre. J'envoie un message au bureau Français à ce sujet qui ne répondra pas. J'appellerai le lendemain.

On fait une pause beaucoup trop courte, je pars chercher les retardataires. Le chauffeur ne veut pas qu'on mange dans le bus. Du coup les élèves engloutissent leurs repas super vite. Arrivés à Londres on se perd. Total 5h15 de trajet.

On est arrivés à 13h15 au lieu de 14h annoncées à l'hôtel. Les chambres n'étaient pas prêtes. On descend dans la salle de réception pour attendre. Le bus est super sale ! Tous mes élèves doivent y retourner. Ils me disent que c'est les Italiens qui leur balançaient des chips et faisaient rouler des MnM's. Seuls mes Français y vont car les Italiens ont déjà nettoyé, ce qui est faux, ils ne sont même pas entrés dans le bus. Un de mes élèves tient tête à A. et se fait bien réprimander. La guerre Français vs Italiens est déclarée.

c_est-la-guerre

Retour dans la salle, je remplis quelques papiers. Je fais passer une feuille pour que mes Français écrivent leurs compositions de chambres idéales, histoire de gagner du temps, en espérant que ce soit possible. Deux chambres sont libres, les Italiens y vont. Y'en a marre qu'ils nous passent devant, je monte à la réception pour être à l’affût. Les deux leaders A. sont partis chercher les tickets de métro, que les élèves ont dû payer. J'ai dû prêter 1,60£ à deux élèves qui n'avaient que des Euros. La leader S. me donne la liste des chambres libres, je les compose en fonction du choix des élèves. Au final seulement une élève aura dû changer de chambre. Elle était triste car elle ne connaissait trop pas les 3 autres filles, mais bon c'est juste pour dormir. S. me conseille de prendre la chambre du 3ème étage loin d'eux. Les deux A. seront autour d'eux.

Ma chambre est géniale, lit double, baignoire, télé avec une trentaine de chaînes. Ayant toutes les clés, je vais voir celle d'A. qui n'est pas encore revenue. Elle est affreuse, avec 4 lits comme celles des élèves, la télé ne fonctionne pas. Les leaders locaux sont payés le double de nous, alors non je n'échangerai pas ! A. est déprimée et fatiguée, elle n'a dormi que 3h la nuit précédente à cause du stress du voyage.

Nous voilà partis pour faire la visite. Mais il pleut beaucoup trop, on décide de repousser au lendemain, tant pi, on rentre. Puis il ne pleut plus, on avait réservé au Mac Do à 18h, finalement on ne sera arrivés qu'à 19h. On avait trop trop faim, j'en avais mal à l'estomac. Je dis à mes élèves : « Pensez aux petits Africains qui meurent de faim », l'un deux réfléchit 5 secondes et me dit : « Après ! ». Malin ! Retour à l'hôtel. Un élève a mal à la gorge, je lui file mes pastilles. Puis j'en profite et prend un bon bain! Je regarde un peu la télé, et m'endors.