Etre Leader: l'Envers du Décor

06 août 2012

Pendant ce temps à Malte

Après 6 jours de repos bien mérités, mais pas suffisants, je suis repartie à Malte avec EF. 15 jours avec 46 élèves. On m'avait dit que c'était le pire du pire question gestion des élèves, ce qui au final n'a pas été le cas, j'ai préféré Malte à Torquay. Je ne vais pas détailler comme pour Torquay, une liste des points importants suffira. Liste que voila:

 

DSCF2839a

 

-  Le groupe étant conséquent, je me vois attribuer une co-leader Française, qui au final deviendra un co-leader, R., car celle-ci s'est désistée le jour précédent. Encore une fois, lui on l'a prévenu donc un jour à l'avance, et moi on ne m'a pas prévenue. Mais je préfère que ce soit un mec pour "balancer". De plus c'est la 8ème fois que R. travaille avec EF, 5ème en tant que leader. Me voila sauvée!

- Je ne me suis pas sentie seule à aucun moment, comme EF sait que c'est le bazar à Malte, ils mettent le paquet question personnel. Déjà il y avait plusieurs groupes de Français, et donc plusieurs leaders Français à qui parler, ensuite il y a deux REM (superviseurs) sur place + mon co-leader Français. A Torquay j'étais la seule Française. Conclusion: j'ai rencontré plein de gens adorables! :)

- K. à oublié d'imprimer son autorisation de sortie du territoire. On arrive à le faire sur place, sauf que ça ne remplit pas une feuille A4 mais que le quart, du coup comme on ne voyait rien ou presque et que ce n'était pas l'original, la dame ne voulait pas le laisser passer. Mon co-leader a reussi à force de coups de téléphone, mais ça aura pris du temps, l'avion est parti en retard probablement à cause de ça.

- J'ai dû aller chercher une élève le lendemain à l'aéroport car celle-ci avait loupé l'avion le jour du départ. Ce 2ème jour l'avion a eu 4h de retard, j'ai dû faire plusieurs allers-retours. Dois-je préciser que c'est à moi d'avancer l'argent du taxi?

- A l'arrivée, nous avons rencontré notre co-leadeuse locale, et notre REM Français B.. On ne reverra jamais cette première car elle a attrapé la salmonellose. Du coup, après 4 jours, on a rencontré notre nouveau leader local... Hongrois! Il est déjà venu plusieurs fois à Malte, et connaît les bases de la langue, n'empêche qu'il n'est pas local pour autant! Moi aussi je pourrais l'être alors, puisque j'y ai vécu 4 mois!

- Ils étaient 46 élèves, mais alors ils étaient géniaux! Je regrette juste de n'être partie "que" 2 semaines, je n'ai pas pu les connaître mieux. Quand des conneries étaient faites, des dépassements exagérés de couvre-feu, etc, c'était les autres Français. On était très cools avec eux, peut-être trop. N'empêche que du coup ils ne faisaient pas de conneries, et toc!

- On a quand même dû rapatrier deux élèves. Mais contre notre gré! En effet ceux-ci avaient décidé de prendre un bain de minuit (22h30) complètement nus! C'est des gamins quoi! Une famille "choquée" avec enfants était sur la plage et a alerté les flics, qui sont arrivés, et les ont gazés au poivre! E. en avait dans les yeux, j'ai jamais vu quelqu'un souffrir autant! Mon co-leader le tenait dans ses bras pour lui mettre des glaçons, il m'a dit que son bras le brûlait, imaginez les yeux! A Malte le nudisme et même le topless sont interdits, c'est un pays très catholique. Il n'empêche que c'était une réaction exagérée. Mes deux zinzins ont dû passer devant le juge, car soi disant E. aurait été aggressif envers le policier, en même temps ils venaient de le gazer sans raison valable! Au final ils s'en sortiront avec (seulement) 15€ d'amende. Ils ont été relâché, mais on les a rapatrié car s'ils avaient fait une autre connerie là ça aurait moins bien passé. Un article est même paru sur un journal maltais, les commentaires sont tout bonnement géniaux: "les flics n'ont ils rien de mieux à faire?" "si on a besoin d'eux on a qu'à leur dire que deux gamins se baignent à poil et ils viendront"

Pour les curieux: http://www.timesofmalta.com/articles/view/20120724/local/conditionally-discharged-for-skinny-dipping.429968 (en anglais bien entendu)

- Bêtise amusante: mes élèves ont enroulé l'un d'entre eux de papier toilette, et l'ont balancé dans la piscine. Les responsables de l'hôtel leur auront quand même demandé 5€ pour le papier! (les radins!)

- Un soir, H. ne voulait pas aller dans sa chambre et préférait discuter avec les Finlandaises, il me dit que leur professeur leur a dit de parler avec les étrangers pour améliorer leur anglais. Il me demande alors pourquoi les chambres ne sont pas mixtes, ce à quoi je rétorque: bin pourquoi t'es pas gay? Il regarde T. son voisin et me regarde en disant: pff NON! mais d'un air..! 

- Notre REM nous a dit qu'il est toujours seul, il passe son temps à régler les problèmes de ses groupes attitrés, sans jamais rencontrer les élèves, ni visiter, toujours seul. Il déprimait tellement que je lui ai dit qu'il n'avait qu'à venir aux activités parfois et de remplacer les leaders, ce qu'il a fait. Une grande complicité en est née :) 

- Ils ont passé leur temps à parier pour savoir avec lequel des trois garçons j'allais finir (mes deux co-leaders et REM). S'ils avaient su que les trois étaient homos! (oui plaignez-moi!)

- Ils ne voulaient jamais aller aux activités et tiraient la tronche quand ils y étaient, si ça pouvait m'énerver! Ils voulaient simplement dormir et aller à la piscine de l'hôtel, non mais franchement, ils sont à Malte! Aucune curiosité, aucun intérêt! 

- Certains élèves ont le syndrome du "homesick", c'est-à-dire que leur maison, leur famille leur manque. c'est arrivé à l'une des élèves Française d'un autre groupe, à tel point qu'elle était toujours collée à la leader, et qu'elle a fini par (tenez vous bien) se tailler les veines dans sa famille d'accueil. Ma collègue a donc passé du temps avec elle à l'hôpital, puis elle a été rapatriée.

 

Orson-welles-clapping(bin bravo!)

 

 

(je compléterai cet article)

 

 

Posté par Folydia à 20:46 - Commentaires [8] - Permalien [#]


14 juillet 2012

En résumé

Etre leader EF à Torquay:

- du stress, trop peu de sommeil

- beaucoup de sport!

- pas le temps de manger correctement

- 70€ de crédit téléphone dépensés

- voyager et visiter gratuitement

- améliorer son anglais

- un salaire trop faible par rapport aux efforts fournis

- une belle expérience tant professionnelle qu'humaine

- de belles rencontres (malgré tout)

- se rendre compte que les générations sont de plus en plus avancées (et avoir peur pour sa petite soeur!)

- BAFA non obligatoire, mais faudrait!

- se dire que ça peut toujours être pire (en espérant pouvoir vous raconter EF à Malte)

images coincoin

 

 

Posté par Folydia à 17:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Jour 14: mardi 10 juillet 2012

Jour du départ. J'ai dormi 4h. Ma co-leader me dit que les élèves ont fait du bruit, je lui dit qu'elle aurait dû m'appeler ! Les élèves ont continué la fête encore après, quelques uns ont fait nuit blanche.

fatigue(fatiguée)

A. le leader de la soirée me demande mon Facebook. Certains élèves également. J'avais changé mon nom avant de partir car je ne voulais pas qu'ils me retrouvent, mais je les aime trop ! Je dis au revoir aux leaders A. et S.. On prend le bus 40 minutes, une vingtaine dorment, c'est calme. Ils ont rempli des questionnaires avec des smileys à entourer selon leurs avis, plus de la moitié m'ont mis excellent. A. a des bien ou très bien.

Arrivés à la gare, je retrouve L., le gars qui m'avait accompagné le 1er jour. Il me dit qu'EF ne l'ont prévenu que le jour précédent, en fait quand j'ai téléphoné pour demander ils ne savaient pas ! Du coup ils ont dû payer son billet d'Eurostar le jour J, 250€ aller, 500 au total. Et après ils ne veulent pas me payer une carte de bus à 35€ ! Je dis au revoir à ma co-leader.

Le trajet en Eurostar s'est bien passé, j'ai récupéré les 1,60£ que j'avais prêté aux garçons. Puis on est descendus. Adieux déchirants. Certains sont en larmes ! Les agents de convoyage sont là pour les accompagner. Beaucoup vont me faire la bise, d'autres un calin. Ou rien. L. me dit : « merci d'avoir été notre maman et notre grande sœur ! » Haha. F. me rappelle : « tu ne nous oublieras pas car on a été ton tout 1er groupe ! ». Probablement. Puis ils sont partis. Je n'ai pas pleuré, mais j'étais pas loin.

 

 

 

Posté par Folydia à 17:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Jour 13: lundi 9 juillet 2012

J'ai mal dormi. On entendait trop la circulation, pi en dormant la télécommande est tombée, j'ai sursauté, puis plus tard mon portable, il était coincé, j'arrivais pas à le sortir. Mais bon quand je pense à ma co-leader, je ne me plains pas. Les élèves juste à côté ont fait du bruit.

Petit dej' cool, pack repas bien. Le métro est bondé, je reste derrière le groupe continuellement. On commence le tour. J'appelle le bureau français pour parler du shopping notamment. Ils ne répondaient pas, ah ces fonctionnaires ! Les élèves sont lents, ils m'énervent ! 10 minutes pour prendre 3 photos dans une cabine ! J'étais trop heureuse d'aller à Londres, au final je ne profite même pas ! A un moment S. et M. vont se faufiler dans des portes tournantes, je gueule en leur disant que j'espère qu'ils se feront kidnappés, moi je ne les attends plus ! Du coup, ils ont couru vers les autres et ne se sont plus écartés !

moutons

Enfin j'arrive à joindre le bureau. Je parle déjà de la feuille de présence à remplir car elle n'est pas claire, puis je demande qui sera avec moi pour prendre l'Eurostar mais ils ne retrouvent pas son nom, et enfin le shopping. Là elle me dit qu'ils peuvent faire du shopping, mais que le périmètre doit être petit et 1h30 maxi. C'est déjà ça !! Je m'empresse de le dire à A., qui refuse car le bureau anglais n'est pas d'accord. Elle les appelle et me passe le téléphone, ils ne veulent pas, non c'est non, même pas un seul magasin, je finis par vraiment m'énerver et leur dit que « le bureau français sait quand même mieux qu'eux ! » Elle est pas contente et me dit que le manager va me rappeler, et me raccroche au nez. Énervée, les larmes partent. Je ne peux pas me cacher, je dois surveiller les jeunes. Ceux-ci me consolent en disant que je ne devrais pas me risquer comme ça. Je veux juste de la justice quoi! Sinon j'aurais abandonné.

betise-humaine-incarnee-apple-l-4xoyvc

Le manager rappellera sur le même téléphone et c'est A. qui parlera avec, aucune idée de ce qu'ils se seront dit, mais à la fin elle m'a dit : « en gros, t'as gagné. 1h. » Mais elle ne veut plus me parler car on aura pas respecté le programme. Je m'en fous, je veux juste que les élèves profitent, c'est eux qui payent !

Ils étaient heureux, B. me fait un bisou. Je leur dit bien une heure, pas plus, en précisant que A. n'est pas très contente, du coup à 15h30 ils étaient tous à l'heure. J'ai juste eu le temps d'acheter un sarouel et un pull.

Depuis le début, un élève A. nous dit que son rêve est d'aller à Coven Garden, un centre commercial. Je lui disais que c'était mort et tout. Il en parle à Alice le jour même, qui décide alors de l'emmener ! Mais que lui, moi j'y vais aussi mais je reste à l'extérieur avec le reste. Je leur dit de ne pas trop s'éloigner, certains vont regarder un magicien dans la rue. A. revient, on attend la fin du tour de magie. F., V. et A. s'éloignent, je les suis, ils vont dans un magasin. Je leur dit de revenir un quart d'heure plus tard, à 17h, et dit la même chose aux autres. Certains voulaient acheter des souvenirs.

A. ne dit plus rien du tout. Elle me laisse faire. J'ai l'impression qu'elle veut me remettre la faute dessus si un problème survient. Mais je les connais mes Français, je vois bien qu'ils sont pas du genre à faire n'imp. Ils arrivent quand même à revenir en retard. Je les engueule, et on repart.

Je ne sais pas où on va. Alice me donne juste le nom des arrêts de métro au fur et à mesure. On arrive au restaurant où on avait réservé à 18h30, il est 17h30. On repart faire un tour à Picadilly Circus. Au final on aura pas fait le London Eye, ni les musées. Puis on revient au restau. A. s'installe avec des élèves, au lieu de moi, et je vais avec d'autres qui m'invitent gentiment. On mange.

Je leur propose de faire une photo du groupe à la sortie, ils me refilent tous leurs appareils pour que je la fasse. B. et S. ne veulent pas, mais le feront quand même. Puis on est rentrés à l'hôtel.

En rentrant, je pars faire l'état des lieux car on doit tout rapporter à EF. C'est une horreur ! Bon les télés qui marchent pas, certes, les lits qui grincent ou le prix est encore indiqué (7,50£), certes, le lit où il manque des lattes, les portes qui ne ferment pas, les fenêtres qui ne s'ouvrent pas, les poubelles avec des couches de bébé, mais alors le pire, c'est la moisissure sur les murs, on voyait clairement des champignons ! C'est carrément malsain ! Les élèves veulent savoir mon numéro de chambre pour la voir, mais j'hésite.

Puis F. a encore faim, je n'ai pas mangé mes sandwichs alors je les lui propose, il accepte et me suis avec V. dans ma chambre. Tant pi, s'ils sont que 2 ça va. Ils s'installent sur mon lit et on discute. Puis ils vont chercher les autres en me piquant ma clé, je prend une douche, et ils débarquent, ils devaient être une dizaine. Ils ont monté une mignonnette de vodka et veulent me faire boire, je refuse !

On frappe à la porte. C'est ma co-leader A. ! Les élèves se cachent et font silence. Elle me dit que mes élèves crient en bas alors qu'il est 23h (couvre-feu), je mets mes chaussures devant les jeunes qui me regardent en silence, et je descend. Petit à petit ils me rejoindront. Ils me disent qu'ils ont planqué la mignonnette sous mon matelas. C'est un cadeau ! J'engueule les jeunes avec deux autres leaders et le gars de la sécurité derrière, les Italiens nous regardent en coin et se moquent : « Francese di mierda » Mais je ne peux rien leur dire, c'est pas mes élèves !

Les Français finissent par rentrer dans leur chambres au bout de 20 minutes, ils n'ont pas le droit de ressortir, y'a des caméras dans les couloirs, le leader A. dit qu'ils va rester derrière les caméras en haut. Je reste 5 minutes en bas. Une chambre met de la musique, je toque pour qu'ils baissent. Tandis que la porte est ouverte et que je leur parle, je vois deux filles Italiennes aller dans une chambre de garçons ! J'ai pas le T-Shirt staff, et ne suis pas crédible quand je dis que j'ai 23 ans, je vais alors chercher leur leader A..

Celui-ci est au bar, il a l'air complètement saoul ! Je lui dis de descendre, il y va, je garde ses affaires, il revient. Il m'avoue qu'au restaurant il a déjà bu 3 pintes ! Il me propose de boire une bière avec lui, je refuse, pi on discute, et je finis par accepter. Il était 1h. Une de mes élèves, L., a tendance à lui répondre, elle ne l'aime pas, et lui me dit qu'en vrai il l'aime bien car elle a les c**illes ! Il me dit qu'il faut les laisser s'amuser, qu'ils peuvent boire, c'est la dernière soirée. Il ajoute qu'un de ses élèves a fêté ses 18 ans pendant le séjour, il voulait qu'il boive un verre mais S. n'a jamais voulu le laisser faire. Il finit par me resservir de la bière, à un moment il était vraiment mal, alors je suis repartie dans ma chambre dormir.

 

Posté par Folydia à 17:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Jour 12: dimanche 8 juillet 2012

LONDRES ! Lever 5h15. Notre maman d'accueil est tellement gentille qu'on a décidé de lui acheter un cadeau. Je lui ai pris des produits de bain, et L. a acheté des fleurs. V. a adoré ! Elle nous avait préparé des sandwichs alors qu'elle ne devrait se charger que du p'tit dej', avec kitkats, et 2 fruits. On a fait nos adieux, et direction la station de bus a 2 minutes à pied.

Ils étaient presque tous déjà là. On partage notre bus avec un groupe d'Italiens, et l'hôtel également. Ils sont pas ravis. A. et moi sommes donc également avec leurs leaders S. et A.. Je découvre que S. l'Italienne parle Français alors que je l'ai critiqué un peu avant en faisant remarquer qu'elle a l'air dépressive, elle tire tout le temps la gueule (je la comprends).

L'élève volée me dit que sa maman d'accueil va envoyer sa sœur pour la rembourser, ce qui n'arrivera pas. La pauvre n'a absolument plus rien, je prend donc l'initiative de lui prêter 20£ que sa mère me rendra à la gare à Paris. Je pouvais pas la laisser comme ça.

Dans le bus les deux A. ne veulent pas s'asseoir avec S. C'est donc moi. On discute en Français pour ne pas qu'ils nous comprennent. Elle me dit que c'est la 3ème fois qu'elle fait ça, et la dernière. Elle l'a fait à Malte aussi, et m'a souhaité bonne chance. Quand je lui ai dit que j'allais à Malte, c'était comme si je lui annonçais mon suicide !peur

Ensuite je lui parle du fait qu'on ne peut pas faire de shopping, elle me dit que ses étudiants ont tout l'après-midi de libre pour se faire ! Elle veut en parler à son co-leader pour qu'il parle à la mienne. Ce qui nous a permis d'apprendre que cette interdiction est une loi EF qui n'interdit qu'aux Français d'avoir quartier libre car il a quelques temps, des groupes de Français ont commis des vols. Dans ce cas faut pas le mettre dans la brochure ! C'est totalement injuste, ils ont donc fait une petite case Français=voleurs. Mes Français m'ont prévenu que si on ne les laisse pas faire ils s'enfuiront, c'est ce dont j'ai le plus peur. Londres est la capitale Européenne la plus peuplée, avec 6 millions d'habitants, c'est dangereux. Et toutes les autres nationalités ont quartier libre. Deux de mes élèves m'affirment pourtant que l'année dernière elles sont parties avec EF et nt eu droit à 2h de shopping à Londres. Bizarre. J'envoie un message au bureau Français à ce sujet qui ne répondra pas. J'appellerai le lendemain.

On fait une pause beaucoup trop courte, je pars chercher les retardataires. Le chauffeur ne veut pas qu'on mange dans le bus. Du coup les élèves engloutissent leurs repas super vite. Arrivés à Londres on se perd. Total 5h15 de trajet.

On est arrivés à 13h15 au lieu de 14h annoncées à l'hôtel. Les chambres n'étaient pas prêtes. On descend dans la salle de réception pour attendre. Le bus est super sale ! Tous mes élèves doivent y retourner. Ils me disent que c'est les Italiens qui leur balançaient des chips et faisaient rouler des MnM's. Seuls mes Français y vont car les Italiens ont déjà nettoyé, ce qui est faux, ils ne sont même pas entrés dans le bus. Un de mes élèves tient tête à A. et se fait bien réprimander. La guerre Français vs Italiens est déclarée.

c_est-la-guerre

Retour dans la salle, je remplis quelques papiers. Je fais passer une feuille pour que mes Français écrivent leurs compositions de chambres idéales, histoire de gagner du temps, en espérant que ce soit possible. Deux chambres sont libres, les Italiens y vont. Y'en a marre qu'ils nous passent devant, je monte à la réception pour être à l’affût. Les deux leaders A. sont partis chercher les tickets de métro, que les élèves ont dû payer. J'ai dû prêter 1,60£ à deux élèves qui n'avaient que des Euros. La leader S. me donne la liste des chambres libres, je les compose en fonction du choix des élèves. Au final seulement une élève aura dû changer de chambre. Elle était triste car elle ne connaissait trop pas les 3 autres filles, mais bon c'est juste pour dormir. S. me conseille de prendre la chambre du 3ème étage loin d'eux. Les deux A. seront autour d'eux.

Ma chambre est géniale, lit double, baignoire, télé avec une trentaine de chaînes. Ayant toutes les clés, je vais voir celle d'A. qui n'est pas encore revenue. Elle est affreuse, avec 4 lits comme celles des élèves, la télé ne fonctionne pas. Les leaders locaux sont payés le double de nous, alors non je n'échangerai pas ! A. est déprimée et fatiguée, elle n'a dormi que 3h la nuit précédente à cause du stress du voyage.

Nous voilà partis pour faire la visite. Mais il pleut beaucoup trop, on décide de repousser au lendemain, tant pi, on rentre. Puis il ne pleut plus, on avait réservé au Mac Do à 18h, finalement on ne sera arrivés qu'à 19h. On avait trop trop faim, j'en avais mal à l'estomac. Je dis à mes élèves : « Pensez aux petits Africains qui meurent de faim », l'un deux réfléchit 5 secondes et me dit : « Après ! ». Malin ! Retour à l'hôtel. Un élève a mal à la gorge, je lui file mes pastilles. Puis j'en profite et prend un bon bain! Je regarde un peu la télé, et m'endors. 

Posté par Folydia à 17:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Jour 11: samedi 7 juillet 2012

Samedi, parc aquatique Quaywest! Il fait froid et il pleut. On y va quand même, c'est déjà payé. Au pire les élèves tomberont malades, toute façon au point où on en est... Les élèves n'ayant pas payé me demandent ce qu'ils vont faire à la place, mais j'en sais rien, pour changer, et A. non plus, personne ne sait ! Au final J. arrive avec un énorme carton plein de ballons, frisbees, etc, ils iront sur la plage d'à côté.

Il y a des toboggans géants, A. à le vertige donc c'est moi qui m'y colle. A. restera sur la plage avec les non participants. On a des combinaisons, mieux étant donné la température. Je garde mon T-Shirt EF par dessus. Mes élèves viennent me chercher, l'eau paraît chaude par rapport à l'air, sans le savoir ils me conduisent vers le pire des toboggans qui descend à pic. J'en ferai d'autres avec eux.

Je demande aux Français que je croise l'argent pour le London Eye, 3 me le donnent. Puis A. me trouve et m'annonce que c'est trop tard, car le samedi la banque ferme à 12h et non pas 17. Du coup je leur rend en leur disant qu'on essayera d'avoir un prix de groupe sur place.

Les élèves sont libres de partir quand ils veulent. Je retrouve mon collègue J. plus tard et refais un peu de toboggan avec lui. Puis j'ai vraiment trop froid et je rentre, il est 14h. Douche brûlante, et je repars à la bibliothèque pour utiliser Internet. Mais c'est fermé depuis un moment car c'est samedi, du coup je fais du shopping. Je tombe sur mes étudiants qui viennent papoter. Ils auraient pu m'ignorer, mais ils m'aiment probablement trop ! Je repars avec une collègue EF que je ne connais pas, très sympa.

C'est la dernière soirée à Torquay, mes Français veulent la passer ensemble. F. me demande si ils peuvent rester jusqu'à minuit, je dis oui sans le consentement des autres, sa maman d'accueil m'appelle pour savoir si c'est vrai, je confirme, à mes risques et périls. Je veux juste qu'ils s'éclatent ! Je leur dis qu'ils restent discrets car des gens d'EF tournent tous les soirs, et qu'ils aillent à leurs activités.

Au Mac Do, il y a beaucoup d'absents. M. est la seule Française. Elle prend un Happy Meal et a un cadeau Age de Glace. Elle est heureuse ! On va ensuite au laser. Je les défonce tous mouhahaha ! Je finis 3ème de mon équipe. Le gagnant gagnera un espèce de drap EF, c'est une gagnante, bravo !

A la sortie, je reçois un appel d'une leader, M., qui me dit que tous mes étudiants sont en train de fumer et boire devant le Mac Do, et qu'ils étaient absents aux activités. Mais quelle bande d'idiots !! Ils auraient au moins pu se planquer ! Et je suis à une trentaine de minutes à pied. Je pars donc rapidement sous la pluie, et les retrouve au Pavilion. Tant mieux, pas besoin de remonter. Je les engueule comme pas possible, j'avais encore l'esprit dans le lasergame, stressée, à traquer l'ennemi. Ils finissent par partir, je me pose 3 minutes, et M. me rappelle encore comme moi elle m'attend avec mes étudiants au Mac Do. Ah encore ! J'y vais en courant, elle retenait 7/8 prisonniers. Ils applaudissent quand j'arrive. Elle me raconte donc qu'ils fumaient et que deux des filles fumaient et buvaient et n'ont pas voulu m'attendre et sont parties, je les ai en effet vu au Pavilion. J'engueule de nouveau le petit groupe, ceux-ci buvaient du coca ! M. est un peu parano. Je lui dit que j'appellerai leurs parents (pas fait). Ils me disent qu'ils allaient aller au bus car leurs valises ne sont pas faite, je les ai donc accompagné là-bas, et tchao !

ras le bol

 

Mes collègues R. et P. m'avaient dit qu'il y avait une fête comme tous les samedis soir et pensaient y aller. J'appelle R. qui me dit qu'il avait déjà un truc important à régler avec une élève, puis P. que je rejoins à son activité. Elle est crevée et a pas envie d'y aller, moi non-plus en fait car je dois me lever à 5h pour partir à Londres, et R. au final ne peut pas venir, donc on rentre.

Posté par Folydia à 15:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Jour 10: vendredi 6 juillet 2012

Ce matin, on part au Model Village, le plus grand village miniature de Grande-Bretagne, trop mignon ! Le village est vraiment bien fait, avec des représentations de lieux connus tels que le Stonehenge, des flammes qui bougent et les pompiers, des bruitages, des scènes de la vie quotidienne amusantes, un train qui passe... Les créateurs ont bien dû s'amuser ! Je suis restée avec mes trois Français pour en faire le tour. M. était émerveillée, à pousser des petits cris à chaque découverte « oh mais c'est trop bien ! » Il y avait aussi des bateaux et voitures téléguidées. Aussi, on pouvait jouer à « Où est Charlie ? », que j'ai fini par trouver *fière*. Il y avait également des personnages de films, je n'ai pas trouvé Harry Potter. Ensuite on est allés voir un petit film de 8 minutes en 4D avec Sherlock Holmes et Watson, les sièges bougeaient, de l'eau nous arrosait, des odeurs nous parvenaient, etc.

DSCF2749 DSCF2758

L'après-midi, il fait beau ! Mais les élèves ont cours, moi je rejoins R. et P., ils sont super sympas. Je leur raconte mes péripéties, R. note tout. Je me plains de l'organisation, et là ils me disent qu'à Torquay c'est l'une des meilleures ! Je leur annonce que je pars à Malte juste après, ils me disent alors que je vais en baver, que c'est la pire des organisations. Dur à imaginer ! Une amie à P. l'a fait, P. me raconte alors que premier soir ses élèves étaient tous dans la piscine et deux d'entre eux dans l'ascenseur en train de faire des choses... 1er soir oui ! A 15/16 ans ! Elle ajoute que dans les boîtes de nuit qui sont juste à côté de la résidence, les barmans ont une clochette, et quand quelqu'un du staff arrive, ils la secouent pour que les élèves cachés puissent détaler. Ils veulent seulement se faire de l'argent et les laissent boire, même si la limite d'âge officielle pour entrer est de 17 ans.

 

peur(*panique*)

Ensuite nous sommes allés au Tesco à la recherche d'un cheesecake soit disant trop trop bon selon P., mais on a pas trouvé, seulement des mini cheesecakes qu'on a pris quand même.

Je retrouve mes Français à qui j'avais donné rendez-vous pour parler de Londres et des attractions qu'ils veulent faire. Mais ils n'ont plus d'argent, j'en convaincs quand même une grande partie de faire au moins la grande roue du London Eye et leur dit d'emmener l'argent le lendemain (environ 10£). Plus tard j'apprendrai que c'est ce jour là qu'il fallait payer, mais ils me laissent quand même le lendemain dernier délai pour payer.

Le soir c'est les cavernes, enfin ! Les Italiens sont étonnamment dans les 1ers à arriver, cependant au moment de partir, 3 avaient disparu. Nous revoilà en retard, on décide alors de repousser le laser, mais quand ? A. trouve un créneau le lendemain matin, sauf que certains élèves ont kayak (activité optionnelle). Du coup le lendemain soir, au lieu d'aller manger des pizzas, on ira au Mac Do car c'est plus rapide, puis au laser.

Revenons aux cavernes, on arrive à l'arrêt de bus. Un des élèves Italiens a trouvé drôle de se mettre du faux sang sur le visage et fait peur aux élèves. Il est très bizarre, c'est un des élèves à ma colocataire, il a 19 ans, elle en bave vraiment avec lui, il dépense tout son argent sans compter dans le mini casino à côté. Il lui a téléphoné un matin en lui disant qu'il voulait lui acheter une robe, du coup elle prévoit de le rembourser, finalement il aura acheté autre chose pour un autre leader. Elle disait que les parents devraient nous indiquer quand on a des élèves « handicapés » . Elle ne lui aurait jamais prêté 10£ au début si elle l'avait su.

Nous voilà aux cavernes, en retard, on est deux groupes, donc on se divise. Le tour dure 30 minutes, A. propose qu'on aille dans un parc de jeux juste à côté en attendant, il pleut, personne ne veut bouger, on y va avec 8 élèves. On revient ensuite. Entre temps un autre groupe est arrivé. Celui-ci étant à l'heure indiquée, il nous passe encore devant ! C'est assez injuste ! Mes élèves sont super énervés, ils veulent rentrer chez eux, ils sont incontrôlables. Les trois Italiens qui nous ont mis en retard arrivent finalement, apparemment je leur aurais dit qu'on faisait le laser en 1er et ils nous attendaient là-bas. Que je l'aie dit ou non, on doit tous y aller ensemble ! Ils avaient pas à se séparer du groupe. Mes Français les déteste. Au bout d'1h30 ou 2h d'attente, c'est à nous. On est crevés, on a tellement attendu que ce tour fantôme nous paraît complètement nul. Enfin bon, c'est fait. Les cavernes était quand même assez impressionnantes : il y a une espèce de sculpture qui ressemble à un gros gâteau d'anniversaire, et une gueule de dragon.

 

Posté par Folydia à 15:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Jour 9: jeudi 5 juillet 2012

Aujourd'hui flash mob géant autour du port. La galère ! Ils sont 600 élèves qu'on doit diriger là-bas (environ 20 minutes de marche). Le matin d'abord, on part distribuer des tracts dans la ville. J'en mets un peu partout, dans les cabines téléphoniques, sur les bancs, peu importe, je liquide le stock. On doit remonter pour 11h30, heure de récupération des élèves dans les classes. A. me trouve, j'avais pas vu l'heure, on est en retard, du coup on court même si ça grimpe, et on arrive pile à l'heure ! Et là on nous apprend que c'est 20 minutes plus tard car les élèves ont un examen. Encore une fois on ne nous a pas prévenues. On se pose, et c'est parti.

Les élèves sont divisés dans deux classes, A. me dit d'aller chercher la 59 et de la rejoindre sur le parking. Les élèves ayant acheté le fun pack reçoivent un T-Shirt EF bleu assez mode. On sort et attend A., qui finalement est déjà partie sans me prévenir. Arrivés là-bas, sur notre parcelle donnée, dur de les faire obéir et ranger en deux lignes. On recouvre la moitié du port, en forme de lune, on fait la danse. Je remarque que d'autres leaders ne la connaissent même pas. Fini, cette fois la deuxième ligne, la mienne, nous déplaçons de l'autre côté du port pour former une ronde, et on recommence. 15 minutes de retard.

 

images coincoin

 

Il est 13h, je dis aux Italiens que je croise de revenir à 13h30 pour partir à la plage, et je retrouve A. qui me dit qu'on doit TOUS aller au Pavilion. Tant pi. Tout le monde a faim, les petits sandwichs faits par les familles d'accueil ne suffisent pas. On refait la danse ! Mes Français essayent de revendre le T-Shirt qui ne leur plaise pas, même contre une pomme ils n'ont pas réussi.

Voici le lien de la vidéo finale: http://www.youtube.com/watch?v=vT0flqsWZ58

Les Italiens ne répondent pas au téléphone, j'appelle leur leader V. qui me dit qu'elle est à l'aéroport de Londres et ne peut rien faire pour m'aider. C'est leur leader ou bien ? Finalement ils arrivent, on part direction le bus qui est bien en retard. Il arrive, je paye 3£ l'aller.

Un élève se chamaille avec G. le « chef » des Italiens, celui qui parle pour eux, à dire « ON ne veut pas faire ça », « ON sera en retard », et eux qui le suivent comme des moutons. Il a tendance à m'énerver, et selon mes sources, il est très calme dans sa famille d'accueil quand il est seul et il ne se douche jamais ! Je disais donc, G. se chamaillait avec un élève, il lui dit qu'il va élargir son derrière, et l'élève de répliquer « ah oui comme le tien ? » J'ai pas pu m'empêcher de rire... *sorry*

J'ai rendez-vous avec une élève à 16h30 mais j'y serai jamais, et je ne peux pas la prévenir car son téléphone est sans crédit. Celle-ci s'est fait voler son argent dans sa famille d'accueil, tout comme ses deux colocataires Allemandes, elles soupçonnent les enfants, la famille a donc dit qu'elle les rembourseraient. Mais je dois faire une déclaration de vol.

A la plage, mes élèves se baignent, ils sont dingues ! Puis ils courent vers moi pour me faire un câlin glacé. C'est vraiment les seuls qui font de ce boulot un job intéressant, ils me font rire et ne m'ignorent pas contrairement à ceux de l'équipe qui ne pensent qu'à eux. Le comble c'est qu'avant de partir c'est les élèves que j'appréhendais le plus, peur qu'ils ne s'entendent pas, qu'ils se sauvent, etc. J'aime beaucoup ce job, mais pas avec EF. Dire que je retourne à Malte avec EF 6 jours après.

Le soir c'est disco, oui encore, les élèves adorent car ils s'y retrouvent. C'est la dernière soirée. Tellement qu'ils sont même prêts à annuler leurs sorties prévues pour y aller, ce qui est quand même dommage. Les parents ont payé pour.

A la base on devait aller aux Kent's Cavern faire un tour fantôme, mais on a repoussé au lendemain, juste avant le laser. Marrant, j'y crois pas du tout!

En disco, mes élèves m'ont coincé dans un coin et voulaient me dessiner des phallus sur les joues, j'ai dit que je préférerais des cœurs, ce qu'ils ont fait. Ils me portent et essayent de m'emmener dans les toilettes des mecs, non mais ! J'étais beaucoup avec R. le REM et P. la nouvelle leader Française, à discuter. Je n'ai pas vraiment eu le temps de danser. Sur la fin, ayant perdu les collègues Français, un des boss m'a demandé de faire la vigile avec un autre et d'empêcher les élèves de passer par une porte mais d'entrer dans la salle par l'intérieur. Est-ce que j'ai une carrure de vigile ? C'était pas à moi de faire ça, mais la plupart des leaders étaient partis. Du coup je ne suis arrivée chez moi qu'à 23h.

Posté par Folydia à 15:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Jour 8: mercredi 4 juillet 2012

Ce matin il pleuviote. Et on va à Brixham. Tout le monde est à l'heure, hip hip hip... hourra ! Arrivés là-bas, quartier libre, on se balade, chocolat chaud, achat cadeaux pour papa chéri, retour, en retard pour le meeting. Deux de mes élèves veulent acheter les photos de groupe qu'on a faites, mais au bureau ils me disent que ce n'est pas assez, faut que je me mette avec un autre leader et lui donne l'argent. Ils chipotent. J'en peux plus de cette école !

vac

J'accompagne une élève Danoise au bureau car ils ont retrouvé sa carte de bus, la mienne non, forcément ! J'évoque ma carte SIM dans le vieux sac, mais celui-ci est déjà bien loin, dans une déchetterie, quelque part en Angleterre, J. me fait une accolade pour me réconforter. Je pensais pas que les boss pouvaient être gentils! Je parle du crédit de téléphone acheté pour rien au Tesco, mais c'est le bureau français qui s'en chargera.

Je suis en retard à mon rendez-vous avec un élève pour aller chercher de l'argent que sa mère lui a envoyé via un organisme fait exprès. Je cours le retrouver, l'aperçois en bas de la côte, et je m'étale en beauté devant lui, salop*rie de trottoir ! Je suis sale, j'ai mal aux mains, et j'ai honte. On va chercher l'argent avec succès, enfin quelque chose qui va ! *content*

Mon téléphone a du crédit, mais plus de batterie. Je rentre à la maison le recharger. J'appelle 2 ou 3 élèves que mes collègues recherchent, puis ma coloc pour savoir si je peux lui emprunter sa radio, ce silence m'assomme. Mon MP3 ne se recharge que via ordinateur, que je n'ai pas, forcément. Je reçois un appel d'un numéro français, je répond par un « allô » rigolo en pensant que c'est un élève, qui d'autre?, et en fait c'est un REM français, R., qui vient d'arriver avec deux autres leaders françaises P. et V. et de nouveaux élèves. Les REM sont là pour nous soutenir dans notre boulot, et rapporter les problèmes au bureau étranger respectif, il aurait pu arriver plus tôt ! Jusqu'ici j'étais la seule Française, je suis contente, je vais enfin pouvoir me plaindre en français ! Il pensait qu'on se verrait le soir, au final pas vu, d'ailleurs je n'ai vu personne.

Après le meeting de l'après-midi on était 8 leaders à aller manger une pizza. Malgré tout, j'étais seule car le 8ème ne s'est pas assis en face de moi mais en bout de table de l'autre côté. Non mais sérieux ! Je pue ? Aucun effort. En tout y'en a que 3 ou 4 qui me parlent. Ils ne savent pas ce qu'ils loupent !

 

 

J'étais en Town Duty mais je ne savais pas avec qui. Je remonte à l'école, personne, j'aurai attendu 40 minutes. J. le boss m'appelle concernant deux étudiantes absentes, j'en profite pour lui demander où est mon binôme, il dit qu'il va alors l’appeler et me redire. Ce qu'il n'a pas fait. Je redescend au Pavilion à une quinzaine de minutes, c'est le point de rendez-vous de tous les élèves avant les activités, et je ne croise pas un leader. Au final personne ne m'aura appelé, énervée j'en ai conclu qu'on avait pas besoin de moi, je suis rentrée. Il était 20h30, douche, lecture, sommeil, pas un appel.

Posté par Folydia à 12:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 juillet 2012

Jour 7: mardi 3 juillet 2012

Bientôt une semaine que je suis là. Le rythme est effréné. Ce matin ils ont cours mais je dois retrouver A. pour établir le programme de Londres. Elle connaît bien la ville car elle y a vécu 5 ans, ça aide ! Jour 1 on marche sans entrer nulle part, et jour 2 on a sélectionné 2-3 trucs à faire comme le London Eye. Elle a le vertige donc c'est moi qui irai, tant mieux. Je lui dit que les Français voudraient faire du shopping, elle me parle alors d'un grand centre commercial où on pourrait aller. On va demander l'autorisation, et ils refusent catégoriquement ! Pas de shopping, ni souvenirs. Ils me gonflent ! Les élèves sont en vacances, pas en prison ! J'ai l'espoir de convaincre A. de les laisser un moment à leur insu, on verra.

L'après-midi Dartmoor, 4ème plus grand parc naturel national, et Totnes, village de pèche... sous la pluie battante ! Les élèves étaient réticents mais pas le choix, certains étaient en short car soi disant l'emploi du temps n'est pas affiché alors que c'est moi-même qui l'ai mis dans les classes ! M'énervent ces Italiens à toujours vouloir avoir raison. Oh pi zut on est en Angleterre, pas à Malte ! On a grimpé jusqu'en haut vers le rocher géant, ça glissait avec la boue et c'était tout brumeux, on ne voyait rien.

DSCF2741(Dartmoor, en haut de la colline, pluie, brume et boue)

Puis direction Totnes, là-bas quartier libre, on s'est réfugiées dans un bar, trempées, chocolat chaud et part de gâteau au chocolat bien méritée ! Puis retour au bercail.

J'ai pu du tout de crédit, je vais donc au bureau pour qu'ils le fassent cette fois, mais ça ne marche pas. Lorsqu'on compose le numéro ça raccroche direct. Ils me disent alors d'aller au Tesco et de ramener le reçu, j'y vais, mais c'est pareil car je dois composer ce même numéro ! Et le bureau est fermé maintenant, tant pi. Je recharge donc de nouveau avec ma carte bancaire. Mon sac est déchiré, j'en demande un nouveau, je transvase alors mes affaires et leur laisse le vieux.

A 19h30 rendez-vous pour le bowling. Tout le monde est à l'heure sauf les Italiens, pour changer ! Je les attends seule. Puis c'est parti, on fait une partie, je finis 2ème/6. Et on termine la soirée à la disco pour ceux qui veulent, j'y vais seulement pour retrouver un élève absent au bowling. Je le trouve et il m'embarque avec les autres. Me voilà forcée à rester alors que je suis crevée, j'accepte 30 minutes et vais poser mon sac et ma veste. J'ai encore chauf, sous mon T-Shirt EF j'ai un débardeur, ils me convainquent d'enlever le premier, oui je suis faible. F. me vole mon T-Shirt EF et ne veut pas me le rendre. Je ne peux pas récupérer mes affaires sans, ils prennent des photos et me le rendent après 5 minutes.

Je rentre chez moi, m'apprête à dormir, éteint mon téléphone pour mettre ma carte SIM française, et là c'est le drame. Apparemment, je ne l'ai pas transvasée dans le nouveau sac. J'en ai MARRE ! J'irai voir le lendemain ce qu'il a fait du vieux sac. Bonne nuit ! Ou pas...

Posté par Folydia à 14:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Jour 6: lundi 2 juillet 2012

Lundi matin, le roi sa femme et le p'tit prince, sont venus chez... EF, eh merde je suis en retard ! 15 minutes à attendre le bus, et il pleut, pour changer. Je suis un peu malade. A. m'appelle pour me dire qu'elle est déjà au Lounge (le deuxième) alors que je ne suis même pas dans le bus. Le grand-père de L. m'appelle encore, je lui dit que je n'ai rien pu changer et le rassure en lui disant qu'à Londres ils seront tous réunis. Un de mes élèves S. m'appelle en crise car il a perdu son porte-feuille dans le bus avec argent et carte de bus et il veut fouiller tous les bus pour le retrouver. Je lui dit que c'est mort et que j'irai en parler à l'école, il a pas fait exprès quand même ! Le jour précédent j'ai également perdu ma carte de bus en marchant. Mais avec mon T-Shirt et sac EF, le chauffeur m'a laissé passer. *j'ai la classe*

J'arrive au Lounge, les élèves ne sont pas encore rentrés et m'applaudissent car je suis plus en retard qu'A. Merci merci ! F. me fait remarquer que j'ai des cernes énormes. Les risques du métier. On entre dans le Lounge, rien n'est prêt, pas de musique, ni jeux, ni Internet. D'autres groupes débarquent et ça s'arrange. Mais il n'y a pas de billards, et Internet ne marche pas, les élèves s'ennuient.

ennui

Mes Français trouvent un jeu de Morpion en bois avec corde et s'occupent comme ça, y'a que ça à faire. Puis A. part car elle a plein de trucs à faire, ok pas de problème. La plupart des élèves veulent aussi partir. Je demande l'avis de mes collègues qui me disent qu'ils peuvent, mais d'abord on va faire la EF Dance. Manquait plus que ça ! Ils l'a font à n'importe quel moment, c'est marrant, mais moi j'aime pas danser. Puis ils sont partis.

J'ai pris le bus jusqu'à l'école mais là j'ai dû payer. J'arrive au bureau et leur dit pour mon pass perdu et celui de l'élève ce à quoi ils rétorquent que c'est notre faute donc pas de remboursement, puis je dis que j'ai dû payer le taxi d'une élève samedi soir ce à quoi ils rétorquent que c'était à elle de payer car elle n'a qu'à connaître les horaires. Ensuite je dis que j'ai rechargé moi-même mon téléphone alors que c'était à eux, je le savais pas, et comme j'ai pas de reçu l'ayant fait directement avec ma carte bleue ils me disent de voir ça avec le bureau français en leur montrant mon relevé de compte. Je suis rentrée chez moi. J'ai pu dormir 2 heures ! Trop bien !

sourire(content!!)

Le soir pour la disco j'étais en forme, y'avait tellement de monde qu'ils ont ouvert une deuxième salle. V., F. et A. veulent encore que je danse avec eux. Quels chiants ! Ce n'est pas que je veux pas, c'est juste qu'aucun autre leader ne le fait, ça doit être la honte ! Ils ont des peintures de guerre phosphorescentes, je leur dis que j'en veux, ils acceptent en échange d'une danse. Bon ok ! Ils me font deux traits et trouvent drôle d'ajouter du rouge sur mon nez. Pile à ce moment là, la chanson de notre choré commence, Nothing Really Matters, du coup obligée de les laisser pour rejoindre les autres leaders. Puis Macarena, YMCA. Et ils sont venus me chercher et m'ont ramené fièrement au reste du groupe qui étaient tout contents. Ils prennent des photos, je suis restée le temps de 3 chansons, et à la fin L. est revenue me chercher, ils m'ont encerclé pour ne pas que je m'échappe et ont crié et applaudi, quelle discrétion ! C'était l'anniversaire d'un élève, je l'avais indiqué au bureau, qui l'ont appelé au micro dans la disco, on chanté et lui ont offert un sac avec plein de trucs dedans genre lunettes de soleil. Puis rentrée et dodo !

Ndlr : j'apprendrai plus tard que si les autres leaders ne dansaient pas avec les élèves, c'est tout simplement que ceux-ci ne les y invitaient pas! [jemesensaimée.com]

Posté par Folydia à 14:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 juillet 2012

Jour 5: dimanche 1er juillet 2012

Dimanche matin, Cockington, charmant petit village que je n'aurai finalement... pas vu. Y'en a marre de toujours attendre les retardataires, et quand c'est pas eux c'est les bus. J'étais donc avec C. la prof plus jeune que moi. On est tous jeunes chez EF. Quand on en a eu marre d'attendre les élèves, on est parties tout en continuant a essayé de les appeler.

Deux de mes élèves Français C. et P. qui ne sont plus dans mon groupe m'ont prévenu qu'ils ne viendraient pas car ils sont invités à une « tea party » avec leur famille d'accueil, j'ai donc prévenu leur « nouveau » leader. N'arrivant pas à joindre mes élèves, j'ai prévenu leur leader étranger respectif, et basta. Quand mes élèves sont en retard, on m'appelle pour que je les trouve. Dur quand on est tous séparés.

Il était déjà tard, on devait prendre le bus 12 et marcher 30 minutes. C'est là qu'on a découvert l'existence d'un autre bus qui y va directement, le 64, sauf que ce n'est pas la même compagnie et qu'il faudrait donc payer 1 ou 2£. Les Italiens refusent de dépenser leur argent, quels radins ! On décide alors de se séparer, C. part dans le 12 et marche, moi j'attends le 64 avec les Français et quelques Danois et Allemands. Une fois le 12 parti, je me rend alors compte qu'il n'y a pas de 64 le dimanche ! Je pensais que C. avait regardé ! Temps d'attente du prochain 12 : 20 minutes + 30 minutes de marche et tour du village, c'est MORT, faudra rentrer direct. Du coup j'ai donné le quiz aux élèves et leur ai dit qu'ils étaient libres jusqu'à 12h30. Donc tandis que C. était là-bas avec les radins, j'ai fait un peu de shopping cadeaux tout en cherchant un cybercafé et en prenant des photos. Introuvable !

 

Marre!

A 12h30 certains élèves sont partis faire du ski nautique (pack activités optionnel), et avec les autres on s'est préparés pour aller au EF Arena où on peut faire du volley, foot, etc. Et là le bus s'est fait désirer 45 minutes ! Une fois embarqués, on était plusieurs groupes, on était pas encore arrivés qu'une leader V. nous dit que c'est annulé, allez tout le monde dehors, liberté. Bizarre, ma coloc L. appelle le leader allemand C. pour lui demander s'il y est, il dit que oui, il nous attend ! Mais nos élèves sont déjà bien loins. Je pense que V. n'avait simplement pas envie d'y aller. En résumé, certains de mes élèves n'auront absolument rien fait de la journée. N'importe quoi ! Avec L. on a donc fait du shopping ! Les parfums étaient carrément moins chers, allez j'achète ! Je sens bon ! Puis on est rentrées.

Le soir, coupe de football Espagne/Italie pour tous. Mais moi non, je suis en « town duty » avec J.. On a fait des allers-retours dans la ville pour s'assurer que tout va bien. Trop facile un soir de match, tout le monde est dehors, même les locaux. On a rien pour les différencier. On s'est baladés, dans le froid, on a beaucoup discuté, je l'aime bien, on a mangé un hamburger, s'est assis, marché, assis, debout, dessiné Homer Simpson sur la plage. RAS.

On a surtout aidé à la fin du match à rediriger les élèves vers les bus. Certains de nos Espagnols EF étaient sur la plage et se baignaient. Si si ! Moi je portais 2 pulls, 2 T-Shirts, une écharpe et 2 vestes dont le coupe-vent EF taille L, ils avaient pas plus petit, le vent se serait engouffré par dessous je me serais envolé comme Mary Poppins !! J'arrêtais pas d'éternuer à cause du vent, les larmes coulaient, j'étais pas en forme. Sur la plage des Anglais embêtaient nos élèves, une des leaders M. s'est interposée entre eux et tout le monde est rentré. Moi aussi !

Posté par Folydia à 23:27 - Commentaires [2] - Permalien [#]

Jour 4: samedi 30 juin 2012

Du repos, mon c** ! J'ai été réveillée d'abord par une maman d'accueil pour me « rappeler » que le dernier bus est à 23h, puis le grand-père de l'élève L. dont la mère s'est plaint hier et enfin le bureau françaisDouche et p'tit dej', V. avait tout préparé pour moi avec un mot, je lui ai répondu qu'elle est un ange.

veux dormir

Puis j'ai rejoint ma co-leader à 11h30 pour qu'on parle vite fait de l'activité de ce soir : la Mega Splash Party ! Elle ne sera pas avec moi car elle est en « town duty » : faire le tour de la ville pour surveiller, et dimanche elle ne sera pas là car les leaders locaux ont droit à un jour de repos. Les ba*ards ! Je serai donc avec C. qui n'est pas du tout leader mais prof. * ne pas chercher à comprendre *

L'aprem on était deux groupes à aller à la plage, bien entendu y'avait des élèves en retard, ce qui raccourcit à chaque fois les activités, mais on y est quand même allés. C'était fort joli !

DSCF2710

Là-bas j'ai reçu un appel de L. dont la mère et grand-père se sont plaint le jour précédent, suivi de S. comme quoi ils ne vont plus à la piscine le soir, ils leur ont rendu l'argent, mais les autres groupes y vont ! Quelle injustice ! Encore une fois pas de chance pour ce groupe. J'appelle K. leur leader pour comprendre, elle me dit que c'est parce qu'il n'y a plus de places. La blague ! Elle a essayé de les convaincre elle aussi mais sans succès. Ça m'a tellement gonflé qu'ils n'en aient rien à faire des élèves que forcément, le crocodile que je suis a pleuré. Quand je suis énervée je pleure, quand je ris je pleure, je suis ultrasensible. Mes élèves ne m'ont pas vu, juste ma co-leader. Tout le stress accumulé est parti, je lui ai dit que j'en pouvais plus de cette organisation pourrie, que je veux juste que mes élèves soient heureux, ce à quoi elle a répondu que « je n'ai pas à m'occuper de leur bonheur mais de leur bien-être et qu'ils soient sains et saufs ». C'est sûr que les laisser marcher les soirs pour rentrer chez eux c'est le mieux ! Ça a été dur d'arrêter les larmes.

pleurer (OK!?!)

Une fois calmée, toujours à l'écart, je reçois un appel du bureau français me demandant c'est quoi l'histoire, on a bien parlé 15 minutes. Quand j'ai eu fini, je me suis rendue compte que tout le monde était parti sans moi. Y'avait juste M., le mec qui m'avait accompagné chez moi à mon arrivée, qui rangeait. Je me suis posée, et c'est reparti, les larmes se sont échappées. Il m'a vu et m'a consolé. Il m'a offert un cappuccino, et j'ai pris un de mes cachets antistress, ça m'a calmé. A. me téléphone pour savoir où je suis, je lui dis de rentrer chez elle, je vais bien.

Je suis rentrée en voiture avec M. et une nana. A la maison, j'ai bouquiné. Internet me manque tant. Je pensais que la salle Lounge était dans l'école et accessible mais pas du tout, toute façon j'ai pas le temps de m'y rendre et de plus Facebook est bloqué.

Le soir je suis allée à la piscine, ceux n'y allant pas, deux groupes au final, devaient aller à la pèche aux crabes. Youpie ! Deux de mes Français, M. et S. voulaient tellement venir quitte à voler les entrées des retardataires. Ils m'ont suivi jusqu'à la piscine, au bout d'une heure d'attente des 3 Allemandes en retard, leur leader et moi même avons convenu de filer les tickets à M. et S., tant pi pour elles. Ils étaient tellement heureux !

La Mega Splash Party : une piscine intérieure où t'as pied, ballons géants, matelas gonflables, bouées énormes, et toboggan qui sort dehors pour revenir. Je suis restée en compagnie de 95% de tous les leaders qui ne se sont pas baignés. Puis je suis rentrée.

La mère de L., toujours la même, m'a envoyé un sms disant que sa fille avait passé la soirée seule sans surveillance dehors. Elle veut venir la chercher elle-même lundi. Sous les conseils du bureau français, je n'ai pas répondu. Je dois m'occuper des élèves, pas des parents, voilà.

Puis l'élève E. m'a appelé pour que j'envoie un taxi à une autre élève M. sans crédit et plus de bus. J'appelle donc en disant que c'est pour EF alors il me demande un code PIN et mot de passe, que je n'ai pas. J'écris alors à l'élève lui disant qu'elle paye et demande un reçu et on remboursera, mais j'apprendrai pas la suite qu'elle ne l'a pas reçu car plus du tout de crédit. Elle aura quand même payé 5£, et je l'ai remboursé moi-même le lendemain, je verrai avec le bureau plus tard.

Posté par Folydia à 22:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Jour 3: vendredi 29 juin 2012

7h, je suis trop morte ! Préparatifs, petit dej', c'est parti pour la réunion. Aujourd'hui, les groupes sont mélangés, et ce définitivement. Dans mon nouveau groupe seuls restent trois Français, F., P. et M.. Personne n'aime cette idée, mais ils se retrouveront de temps en temps, pendant les cours et soirées en commun. Ils sont 25, j'ai donc plein de nouveaux noms à apprendre.

Ce matin pour mon groupe c'est direction le Lounge, une salle avec ordinateurs, jeux vidéos, billard & co. Il y a deux salles du style, je lis qu'on va dans celle au South Devon College. On suit alors A. qui nous emmène dans la mauvaise salle, fermée. Quelle cruche ! Tout ça parce qu'elle ne sait pas où se trouve l'autre exactement à part qu'elle est dans le village voisin à 30 minutes en bus. Du coup on est arrivés super en retard, à 11h, pour repartir à 12h. Un autre groupe y était avec deux autres de mes Français, A. et V.. Je n'ai même pas pu me connecter car les netbooks sont pour les étudiants, et les gros pour nous mais Facebook est bloqué ! Je suis en manque !

 

bebe ours

Cet après-midi on doit enfin décider et remettre notre planning. A. propose un ciné ce soir, je trouve l'idée moyenne pour ceux qui ne parlent pas bien l'anglais, alors elle propose bowling. Mieux ! On part sur ça mais il faut demander l'argent en avance. On appelle la boss pour demander l'autorisation et elle dit non car il faut prévenir un jour à l'avance pour les sorties payantes pour banquer l'argent. Je précise que c'est aussi la première fois que A. fait ce boulot, on est donc un peu (beaucoup?) paumées. Elle nous propose de faire une chasse à la photo, prendre des photos d'un insecte, d'un gros arbre, d'une pyramide, etc, allez va pour ça !

On a donc établi notre emploi du temps en insérant bien les visites obligatoires et en essayant de s'adapter aux emplois des autres de façon à ce que nos élèves puissent se retrouver. Faut dire que les mélanges sont vraiment mal faits, la plupart de mes Français se retrouvent à 2, 3 ou 4 par groupe, sauf un où ils sont 9. Du coup y'a des jalousies. De plus il y a 3 groupes d'Italiens sur place et 2 Danois ce qui fait qu'ils sont en majorité.

n'imp

Quand je suis rentrée après m'être acheté une écharpe façon zèbre car il fait froid, j'ai voulu dormir une heure, mais la mère d'une élève m'a téléphoné bien 20 minutes comme quoi sa fille était super heureuse les deux premiers jours et là non. Tu m'étonnes ! Alors le soir avant l'activité j'ai parlé aux chefs qui m'ont dit qu'ils ne pouvaient rien faire, oh mais n'imp ! La mère a appelé c'est quand même pas rien ! Cette élève, L., ne veut même plus aller aux activités avec eux car ils sont 13 Italiens qui ont tendance à regarder mes p'tits Français de haut. Je lui ai proposé de venir avec moi ce soir là mais au final elle a croisé sa leader K. et est allée avec.

Mon groupe est donc parti à la chasse aux photos en mélangeant les nationalités de façon à créer des liens. Dans mon groupe il y a des Italiens, Danois, et Allemands. Et Français.

A la fin en rentrant j'ai croisé 8 de mes Français qui m'ont tenu la jambe au moins 30 minutes pour se plaindre. Et je suis rentrée. Il est 22h30, demain matin pas de réunion et ils sont en cours donc je dois y aller pour midi. Enfin du repos bien mérité ! Bonne nuit Lydia !

Posté par Folydia à 21:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Jour 2: jeudi 28 juin 2012

Réveil matin 7h j'me réveille comme une fleur déterrée ! Douche avant que L. ne me prenne la place. Puis je descend après avoir préparé mon sac. Comme convenu, V. avait préparé le petit déjeuner : café, thé, toasts, confiture, beurre, nutella et fruits qu'elle avait joliment présentés (melon et fraise). Elle nous a proposé un yaourt et une banane à emporter, je dis OUI ! Je suis partie avec L. qui m'a dit qu'en fait elle était censée arriver après moi. J'ai remarqué que sa chambre est bien plus grande que la mienne (dont je ne me plains pas), avec lit double, je pense que j'aurais dû l'avoir du coup... grr !

On est à 15 minutes à pied de l'école, V. nous avait dessiné un plan. Arrivés là-bas, je repère deux de mes élèves en avance, les familles d'accueil doivent les emmener le 1er jour et leur montrer les arrêts de bus, puis je me dirige vers la salle pour le briefing. Je retrouve les leaders de la veille et plein de nouvelles têtes. On nous dit qu'on doit aller dans les classes pour leur parler des règles et demander l'argent pour le bus (28£).

Au final, mon co-leader devient... une co-leader, A., définitivement. Mes élèves sont divisés dans deux classes. Comme par hasard, ils n'ont pas l'argent alors qu'on leur avait dit le jour précédent à leur arrivée, ou que des Euros, et les supérieurs veulent absolument la somme avant 11h. Pas le choix, 5 vont sécher quelques minutes le temps d'aller retirer ou échanger, une des élèves prête gentiment à un autre. Puis ils retournent en cours, on récolte l'argent et on va à un autre meeting où ils nous parlent du personnel.

 

chiant_header(déjà)

L'après-midi, tout le monde est à l'heure pour la visite de la ville, fantastique ! On part, A. devant, moi derrière. S. fait des siennes, c'est le plus jeune, il s'amuse à prendre les escalators des magasins devant lesquels on passe ce qui retarde le groupe. Raah ! J'essaye tant bien que mal de comprendre les explications de A. concernant les bus qui s'arrêtent en haut mais ne repartent qu'en bas et je traduis.

A la fin on leur laisse 30 minutes de quartier libre pendant qu'on accompagne ceux qui ont des problèmes avec leur logement, qui ne savent plus où c'est. Il faut dire qu'ils sont tous dans le village voisin à 30 minutes de bus et certains doivent encore marcher, sympa les soirs à 22h/22h30 !

carte_Angleterre_m

Pendant la balade j'ai reçu un appel m'annonçant qu'une des familles d'accueil ne veut plus de mon élève M. car ils croyaient que c'était un garçon (prénom à consonnance mixte). Du coup, au lieu d'être libre à 16h30, je l'ai accompagnée en taxi pour le transfert, puis je suis rentrée, je n'ai eu que le temps de me remaquiller et je suis partie avec ma coloc L. pour la soirée Disco à 19h. Il faisait froid ! Du vent surtout. Bien entendu personne n'était à l'heure car ils ne connaissent pas encore bien le trajet, j'ai donc attendu une bonne heure. J'étais malade à cause du vent+froid+rhume des foins, et les larmes qui coulent toutes seules, mais c'était sympa, on a fait notre choré, la macarena, YMCA, les jeunes nous imitaient, et on a dansé sur plein de chansons actuelles. A 22h, fini, on part en les accompagnant à l'arrêt. Avec L. on aperçoit le 31, on saute dedans et fini par nous perdre. On demande au chauffeur où on est, et là on découvre qu'on est dans le 34, on a juste vu le 3, on a pas cherché à comprendre. Du coup on descend là où trouver un 31, prend le dernier, rentre, il était 23h10. Crevée et malade, au lit !

C'était sans compter mon téléphone qui sonne une quinzaine de minutes après. Une famille d'accueil n'a toujours pas son élève, ceux-ci sont obligés d'être chez eux à 23h. C'est M. que j'ai accompagnée l'après-midi pour changer de famille. Je l'appelle mais son téléphone est éteint. Que faire ?

Pas_de_Panique

Je rappelle le bureau pour leur dire, ils me disent de réessayer, pareil. Donc j'attends et me rendors. Le bureau rappelle et me demande si je sais avec qui elle était dans la boîte, bin tout le monde ! Ils me disent alors de téléphoner à tous mes élèves pour savoir s'ils ont une idée. Je commence, personne ne répond, ils doivent dormir, normal ! Après 6 appels je reçois un appel, c'est une femme qui est avec M., celle-ci s'est perdue et criait dans la rue, quelqu'un a fini par ouvrir, la pauvre était en pleurs, elle a marché 1h30 dans le froid, en jupe, sans batterie. Je sais qu'elle ne ment pas. Je rappelle donc le bureau à qui je donne le numéro de téléphone de cette femme pour qu'ils lui envoient un taxi. Au début ils voulaient que j'y aille mais je suis à 30 min de trajet et en pyjama ! Allez bonne nuit ! Enfin !

Posté par Folydia à 20:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Jour 1: mercredi 27 juin 2012

Quelle folie !

Après avoir passé une nuit paisible chez mon cousin V. et sa copine E., le réveil a sonné à 7h du mat', mais il sonnait dans mon rêve. Du coup à 7h20 j'ai speedé, E m'a emmené dans les lignes labyrinthes train/métro et je suis arrivée un peu avant 9h.

Il y avait 3 autres personnes de EF, mais personne n'était mon co-leader promis. Deux étaient des agents de transfert et l'autre une leader pour un autre groupe, car nous étions quatre groupes à destinations différentes à partir ensemble. Je prends les noms des deux premières arrivées pour Torquay, puis un grand nombre est arrivé en même temps, je m'en occupe en pouvant enfin assimiler leur visages à ma liste de noms que j'essaye de retenir tant bien que mal. Ils aurait pu me filer un trombinoscope ! Une mère arrive sans sa fille qui m'annonce qu'elle arrivera dans une heure, je coche alors son nom. Une heure plus tard la voilà mais je ne comprenais déjà plus pourquoi elle était déjà cochée, ah bin oui ! L'un d'entre eux ne parle qu'en Italien avec sa mère, j'ai toujours admiré les gens bilingues depuis toujours. Il m'en manquera 13 un moment, et beaucoup sont des binômes, je demande alors à A. l'Italien ou est son ami, et j'apprend alors qu'il est à l'hôpital et ne viendra pas, EF le savait mais ne m'ont pas prévenue ! Ca commence déjà bien. Un de moins !

FoutageDeGueule

Deux parents ont oublié le règlement que je dois récupérer avec la fiche sanitaire, mais mon co-leader n'arrive pas alors qu'il a les doubles et d'autres documents comme les billets de train ou encore ma carte SIM anglaise. D'ailleurs je découvre alors que je n'aurai pas de co-leader Français, lui c'est un agent de convoyage qui ne fera que le trajet jusqu'à Londres avec moi et rentrera. On me dit son prénom, L., en précisant que c'est un grand roux. Le co-leader anglais m'attend à Londres. Je pensais qu'on serait 3 et qu'on tournerait car il faut 1 leader pour 15 étudiants, mais non. Je ramasse également les passeports et carte d'identité + autorisation de territoire de façon à tout donner d'un coup. Grosse erreur, j'ai dû tout redistribuer avant de passer à la douane, au moins ça m'apprend les noms.

Un des autres agents de convoyage, S., m'aide beaucoup, et il est super charmant (en plus!) Il a téléphoné au bureau pour moi et s'est fait engueulé car c'est à moi de le faire, ça l'a fait sourire car on est censés s'entraider, puis il a porté ma valise.

Il manquait un élève mais pas le temps d'attendre, je pars à la douane avec les 28 autres tandis que L. attend ce dernier pour passer. Pendant qu'on passe à la douane, une des élèves, A., ne pouvait pas car la mairie a fait une faute de frappe sur sa carte d'identité en mettant qu'elle est née en 66 au lieu de 96, la douane a rétorqué qu'elle avait pas le droit de se faire passer pour une adulte. J'ai donc dû abandonner les 27 autres devant pour parler avec eux qu'ils la fassent passer. Mission accomplie ! Les élèves attendaient sagement.

Au final le retardataire aura loupé le train, et je reçois l'ordre de l'attendre à Londres 45 minutes car il va nous rejoindre avec l'Eurostar suivant. Une fois à Londres, en attendant, l'un d'entre eux, S., l'insulte de cas soc', superrrrr... Je sens qu'il va être chiant, et c'est un des deux plus jeunes. Ça va barder ! Quand M. arrive enfin, le bus n'est toujours pas là, au moins il se sera fait moins lyncher. Le bus est pris dans les bouchons et le chauffeur ne sait pas comment venir. Malin !

Mon co-leader M. est là ! J'ai dû mal à le comprendre, le vrai accent anglais est quand même bien différent du Maltais auquel je suis habituée. Il a 21 ans, c'est la deuxième fois qu'il fait ce job.

Puis on est partis, 4h30 de trajet prévues. Le chauffeur m'explique qu'on fera une pause d'une heure etc, je prend le micro pour l'annoncer. Beaucoup me posent des tas de questions sur les familles d'accueil notamment, mais je ne sais rien ! Pendant le trajet je remplis des papiers, des cartes d'assurance, je découvre ma carte SIM et quelques consignes. Je devrai appeler la ligne Allô Parents ce soir pour les rassurer. Tranquillement assise, une casquette me tombe dessus, c'est un des élèves qui embêtait A. juste avant, je décide alors de lui confisquer. Il est pas content. Au bout de 5 minutes A. lui pardonne alors je lui rend.

Demain briefing à 8h30, et l'aprem visite de Torquay. Je suis crevée. A. me raconte sa vie, un autre est plutôt délaissé, j'ai vu qu'il fêtera son anniv' pendant le séjour.

Pause ! Cafééééé ! Forcément j'avais oublié l'argent dans le bus. Mais je l'ai eu !

On est arrivés 2 heures en retard. K. nous accueille et nous demandent : « -Vous avez vu le Stonehenge ? -Ouais ! -Ah bin vous avez fait un détour ! » Tout s'explique. Pas prévenues, les familles ont donc attendu 2h dans le froid, certaines sont parties avant et ont envoyé des taxis pour 5 d'entre eux. Moi je suis rentrée à pied avec un leader type Egyptien, M. très sympa, comme tous. J. parlait de se faire un tatouage, les autres ont suggéré qu'il se tatoue « staff » dans le dos et « EF » sur le pec', comme ça pas besoin de T-Shirt. Ils m'ont dit que samedi soir c'est la fête entre leaders.

Stonehenge2007_07_30

V., ma maman d'accueil est adorable, souriante, agée, elle boite mais a quand même tenu à monter les escaliers pour me montrer la chambre et salle de bain. Elle m'avait préparé du pain avec jambon et salade de saison alors qu'elle n'est pas censée le faire. Elle m'appelle « my love », c'est trop chou ! Il y a une autre leader Italienne avec moi, L.. J'ai ensuite appelé la ligne des parents pour prévenir que tout va bien, puis je me suis effondrée sur le lit. Il était 23h (minuit en France).

Posté par Folydia à 19:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]